IMG_2575.JPG

Il y a quelques années, je suis tombée sur un film qui s’appelle Happy Thank You More Please. Je ne me rappelle pas exactement de l’histoire et encore moins de si c’était un bon film ou pas, mais il y avait une scène qui m’avait marquée, dans laquelle le personnage principal explique à son amie sa façon de voir la vie.

En gros, ça ressemblait à ça :
1-     Pose-toi la question suivante : Est-ce que je suis heureux(se)?
2-    Si oui, dis merci.
3-    Finalement, demande plus de ce qui te rend heureux(se).

Je pense que c’est la simplicité de l’idée qui m’a permise de vraiment intégrer la gratitude dans mon quotidien. C’est devenu pour moi une façon de véritablement reconnaître les petits moments de ma vie qui me rendaient heureuse, plutôt que de m’entêter à continuer de poursuivre ma Grande Quête du Bonheur.

Depuis, j’ai crié « Happy Thank You More Please » a dévalant une immense côté à vélo en plein soleil lors d’un voyage de vélo-camping pas toujours évident. Je l’ai aussi dit la bouche pleine de crème glacée menthe-choco en marchant dans les rues magiques de Barcelone avec une amie très chère que je n’avais pas revue depuis longtemps. Mais surtout, je me répète cette phrase tous les jours depuis mon arrivée en Angleterre.

Je pense que ça peut devenir vraiment très facile de rester coincé dans les contrariétés du quotidien; « J’ai tellement pas envie de faire le réchauffement matinal à l’école ce matin. » - « Si seulement il pouvait arrêter de pleuvoir deux minutes, je suis gelée et complètement trempée » - « Pourquoi est-ce qu’ils ont droit à ça et pas moi? » Ces cinq mots m’aident à remettre mon attention sur ce dont je dois me rappeler : je suis hors de tout danger, je suis en santé, j’ai un toit et je suis entourée de gens qui m’aiment, mais aussi : j’ai la chance de vivre en Angleterre et d’étudier ce qui me passionne le plus au monde avec les gens les plus qualifiés.

Une prof lors de mon bac m'avait dit quelque chose don’t je me souviendrai toujours: il faut que vous sachiez qu’être un artiste est un privilège et donc, vous vous devez d'être reconnaissants envers tous ces gens qui travaillent fort pour que vous puissiez vous concentrer sur votre art : la personne qui fabrique vos souliers, l’agriculteur qui laboure la terre pour que vous n’ayez pas à le faire. Donc, en tant qu’artiste, vous devez vous assurer d’infuser votre travail de cette gratitude, de toujours pousser plus fort et plus loin, et de garder en tête tous ces gens pour qui vous créez.

C'était ma minute Deepak Chopra.

Comment